Packagings écoresponsables : plus qu’une tendance ?

Packagings écoresponsables : plus qu’une tendance ?
  • Advertising
  • Branding
  • Culture Pix
  • Digital

Alimentaire, cosmétique, bien-être, entretien de la maison… Les objectifs sont de plus en plus orientés vers la réduction des déchets, l’atteinte du zéro plastique à l’ère qui va déjà au-delà du développement durable. Face aux attentes contemporaines des consommateurs, les mouvements en marche vers une production et donc une consommation écoresponsables se démultiplient. Une révolution qui touche aussi nos métiers, et notamment les emballages aussi appelés packagings dans notre milieu anglicisé. Focus.

Avoir une démarche écoresponsable c’est quoi ? Définition.

Alors que le LUXE PACK se déroule à Monaco ces derniers jours, une tendance nette se dégage auprès des fabricants de packagings et fournisseurs de matières premières. Ils promeuvent le développement durable, leur engagement dans des démarches responsables, respectueuses de l’environnement grâce à la conception, au recyclage, à la réduction de matériaux ou à la création de matériaux innovants. Une démarche nécessaire qui s’aligne à la volonté mais aussi aux contraintes légales des marques. Mais avant d’entrer plus en détail sur ce que cela change au niveau des packagings, être dans une démarche coresponsable, ça veut dire quoi exactement ?

Selon le dictionnaire Le Robert, il s’agit de tout ce qui fait preuve de responsabilité à l’égard de l’environnement. Très bien. Mais au quotidien, comment cela peut-il se traduire ?

Packagings écoresponsables : une démarche globale

Penser et s’ancrer (voire s’encrer ! Vous apprécierez le jeu de mots…) dans une démarche écoresponsable ne peut être un acte isolé. Intégrée dans une charte d’engagements globale d’entreprise ou directement liée à une politique RSE (Responsabilité sociale des entreprises), la volonté de veiller à la durabilité des packagings doit être considérée à tous les niveaux.

Veiller au choix des matériaux

Nous sommes déjà sensibilisés au quotidien, dans notre vie personnelle et donc professionnelle aux matériaux recyclables et recyclés. Nous pensons tout de suite au recyclage du plastique mais aussi du papier avec des normes comme le label FSC® (Forest Stewardship Council). Créé en 1993, un an après le Sommet de la Terre de Rio par un groupement d’associations environnementales, d’entreprises et de représentants des droits sociaux, il a pour mission de créer et promouvoir un système de certification indépendant et performant dans tous les types de forêts (boréales, tropicales et tempérées). Cela passe par la création d’un cahier des charges de gestion responsable et des contrôles réguliers pour la préservation des forêts. Pourtant, en 2017, seuls 5% des forêts du monde sont certifiées FSC®. Le bois entre également dans ce type de labellisation pour être utilisé à bon escient.

La place de l’innovation et la création de départements de recherche et développement au sein des grands fabricants d’emballages permettent aussi d’aboutir à des alternatives plus durables. Lorsque l’on s’intéresse au cuir qui peut être utilisé en packaging, notamment dans les secteurs du luxe, on découvre des matériaux de substitution comme le cactus ou encore les pelures de pommes de terre. Une nouvelle fois utilisés dans une démarche vegan et donc dans le respect du vivant. Le textile est aussi choisi lorsqu’il est plus facile à recycler et cultivé dans des dynamiques d’agriculture biologique respectueuses de l’environnement et des hommes et femmes.

Fabrication et transport

Outre les matériaux de base, les assemblages sont aussi surveillés. L’écoresponsabilité d’un packaging va par exemple aussi passer par le choix des colles utilisées. Toujours dans cette démarche, l’attention va aussi se porter sur la fabrication. Les circuits courts et les fabrications locales sont privilégiés pour limiter l’empreinte carbone et favoriser l’emploi sur le territoire. De l’importance également de veiller au respect des engagements des sous-traitants qui sont sollicités afin de s’inscrire dans une démarche cohérente et transparente. Autre aspect, une étude réalisée par Forbes et DS Smith éveille sur le fait qu’en diminuant le vide dans leurs emballages, les sociétés pourraient économiser 24% de leur coût d’expédition. Ce vide dans les emballages représente également 122 millions de tonnes de CO2 émises pour rien. Un malus en termes d’empreinte carbone et d’image de marque pour 1/4 de place injustifié.

Exemples de cette tendance (justifiée) des packagings écoresponsables

Les créateurs, fournisseurs et entreprises sont déjà dans le monde de demain. Beaucoup ont déjà fait la preuve que l’écoconception pouvait être synonyme d’esthétique et que les deux pouvaient parfaitement être conciliés. Nous vous avons sélectionné quelques exemples.

Perrier-Jouët, Maison de champagne fondée en 1811 a prouvé le prestige de son établissement en concevant un emballage cadeau écoresponsable pour sa collection de champagnes classiques et qui mêle à la perfection beauté et éthique. Cet emballage permet d’économiser 30% de matériel grâce à l’utilisation d’un carton FibreFormTM Board composé à 100% de fibres de bois fraîches certifiées FSC. L’encre d’impression et la colle ne comportent pas d’huiles minérales. Une jolie preuve de l’engagement environnemental de la Maison.

L’Ecobox de la Maison de champagne Perrier-Jouët

On pense également à Ruinart, autre grande Maison de champagne qui a créé un packaging , comme une seconde peau de la bouteille si reconnaissable. Composé à 100% de fibre de cellulose, l’emballage est très léger et épouse parfaitement les contours de la bouteille. Une démarche anti-culture du vide évoquée précédemment et respectueuse de l’environnement par le choix des matériaux.

Crédits : ruinart.com

La marque de jouets indémodable Lego a également fait appel à son service innovation et R&D pour concevoir un prototype de brique plus durable. Après 3 ans de recherche et plus de 350 tests réalisés, un PET issu de bouteilles semble être la solution envisagée.

On note enfin la démarche de la Fédération des Entreprises de la Beauté (FEBEA) qui lance un plan d’actions « Plastic Act » qui a pour objectif la réduction de l’utilisation du plastique, très présent dans son industrie.

Des acteurs puissants et à forte notoriété qui prouve qu’au-delà du tendance, la prise en compte de l’écoresponsabilité dans la conception des emballages et packagings est un enjeu crucial pour les fabricants, les agences de création et les marques qui distribueront ensuite ces produits.

Sources

WWF : https://www.wwf.fr/champs-daction/foret/gestion-durable/FSC
Magazine Premium & luxe #9
Etude Forbes et DS Smith, 2017
Magazine Emballages Magazine n°1026, septembre 2021
Magazine Forme de Luxe n°144 145, automne 2021
Dictionnaire Le Robert, édition 2021

La 3D

Un projet ?

Parlons-en !
Contact
Pix Associates - Logo blanc

Pour une expérience optimale, veuillez utiliser votre mobile ou tablette en mode portrait.